© Camille Renault

AMSTERDAM

Sérigraphie noire et phosporescente, série de 30 exemplaires, distribués avec une petite lampe UV pour faire apparaître les dessins invisibles à l’oeil nu, mars 2016, réalisé pour le festival FLIC de Barcelone

Le soir dans les rues d’Amsterdam la nuit tombe et les lumières s’allument chez les habitants qui se mettent en scène sans le savoir. Alors des petits théâtres de nuit, des intérieurs, des quotidiens, des intimités se révèlent. Les fenêtres deviennent des cases qui constituent un récit gigantesque. Ce livre qui se lit différemment s’il fait jour ou nuit témoigne de cette apparition nocturne, c’est un livre à lire dans la pénombre, un ensemble de petits cadres temporels qui s’activent ici et là.